Syndicat de journalistes CGT - section de l’Agence France-Presse

Agence France-Presse Branch of the French National CGT Journalists' Union (SNJ-CGT)


Accueil du site

 

SALAIRES : UN ACCORD INACCEPTABLE

 

UN ACCORD INACCEPTABLE QUI ENTÉRINE LA BAISSE DU POUVOIR D’ACHAT DES SALARIÉS ET DÉCROCHE DES ACCORDS DE BRANCHE

Les syndicats CGT et FO informent les salariés de l’AFP qu’ils exerceront leur droit d’opposition à l’accord salarial proposé par la direction et que deux organisations syndicales s’apprêtent à signer.

Après plus de deux ans de gel des salaires, cet accord est inacceptable pour deux raisons : non seulement, il entérine la baisse du pouvoir d’achat des salariés avec une augmentation ridicule de 27,50 euros bruts par mois, très loin de l’inflation, mais en plus il décroche l’AFP de la grille salariale de la presse nationale. Dans les prochaines années, la direction pourrait ainsi se considérer comme affranchie d’appliquer à l’AFP les augmentations négociées au niveau national.

D’ailleurs, cet accord national était à ce point a minima qu’il n’a été signé que par un seul syndicat.

Rappelons les faits :

Les patrons de la presse nationale ont octroyé des augmentations de 0,5 à 1%.

Dans la négociation salariale d’entreprise, l’ensemble des syndicats avaient réclamé que la direction applique cette augmentation et que, en interne, on signe un accord pour que TOUS les salariés de l’AFP bénéficient de 1% d’augmentation. Un compromis plus que raisonnable puisque la revendication initiale des syndicats était de 100 euros pour tous les salariés, sur lesquels une hausse de 1% serait venue s’imputer.

Rejetant tout compromis, la direction a décidé de broyer les augmentations de la presse nationale pour repartir le montant global entre tous les salariés, sauf les cadres techniques et les journalistes à partir de la 7e catégorie. D’où l’augmentation forfaitaire de 27,50 bruts par mois. Les salariés apprécieront si une telle somme peut combler la baisse réelle des salaires.

Les syndicats CGT et FO exigent de la direction la réouverture de négociations salariales sérieuses.

En tout état de cause, si la direction persiste à appliquer cet accord avec la signature des syndicats n’ayant pas la majorité requise par la loi, la CGT et FO exerceront leur droit d’opposition.

Syndicats CGT et FO toutes catégories de l’AFP