Syndicat de journalistes CGT - section de l’Agence France-Presse

Agence France-Presse Branch of the French National CGT Journalists' Union (SNJ-CGT)


Accueil du site

 

MONSIEUR HOOG, LA RENOMMEE DE L’AFP EXIGE VOTRE DEPART

 

MONSIEUR HOOG, LA RENOMMÉE DE L’AFP EXIGE VOTRE DÉPART

Le président Emmanuel Hoog nous prend pour des imbéciles. Sortant d’un silence de plusieurs jours, il affirme dans un message au personnel (1), lundi, qu’"aucune mission n’a été confiée par l’AFP à la Société Média9". "Aucun contrat n’a été signé avec elle et par conséquent, aucun euro n’a été versé", ajoute le Pdg, qui prétend qu’il n’a "pas donné suite" à l’offre détaillée de Média9" de faire la promotion de la proposition de loi (PPL) Hoog-Legendre de revoir de fond en comble le statut de l’Agence. A entendre M. Hoog, cette offre ferait "partie des multiples propositions que reçoit chaque jour la Direction et ce, dans des domaines très variés".

"DÉMENTI" DE HOOG : SIX JOURS DE RÉFLEXION

Comment le croire ?

- la lettre du président de Média9 Pierre-Jérôme Hénin - ex-porte-parole adjoint de l’Elysée, rappelons-le - démarre ainsi : "Lors de notre entretien, vous m’avez fait part du souhait de l’AFP de confier une mission à Média 9 pour mener des actions visant à faciliter le changement de gouvernance de votre agence (...)"

- plus loin, on lit : "nous tenons à vous remercier de la confiance que vous nous témoignez ainsi".

- cette lettre, adressée à M. Hoog, est datée du 10 juillet, et précise qu’"un acompte de début de mission de 7.150 euros HT vous sera facturé à la signature du contrat, le 15 juillet". S’il n’y avait pas accord entre les parties, comment imaginer que Média9 ait pu ne prévoir que cinq jours entre la date de la lettre et la conclusion du contrat assortie du versement d’un acompte ?

- Les dénégations tièdes, et sur la défensive, contenues dans le message au personnel envoyé par le PDG ce 22 août arrivent tardivement, 6 jours après les révélations du Canard...

- S’il dit vrai, pourquoi ne pas avoir exigé fermement un droit de réponse au Canard enchaîné dès mercredi dernier, et porté à la connaissance du personnel, alors que lui-même, l’AFP, son indépendance, sa réputation et sa déontologie sont mis en cause dans cet article ? Pourquoi ne pas démentir vigoureusement tout contact avec la société Média9 ? S’il dit vrai, Monsieur Hoog est là pour défendre l’entreprise et son personnel, non pour se défendre lui-même.

HOOG/HENIN : ÉLÉMENTS DE LANGAGE COMMUNS...

Le SNJ-CGT a contacté Pierre-Jérôme Henin, pour tenter de tirer les choses au clair. L’intéressé, se disant "à l’étranger, dans une zone très difficilement accessible" pour les contacts par téléphone portable, a tenté sous ce prétexte de couper court aussitôt à la conversation.

Nous lui avons relaté la version de la direction et, dans une touchante unanimité, notre interlocuteur a affirmé lui aussi que "rien n’est signé, aucun euro n’a été versé". A nos objections, il a répondu qu’il n’avait "pas un souvenir précis" du courrier envoyé à M. Hoog. "Je n’ai pas été retenu au moment où je vous parle", a ajouté M. Henin.

Nous lui avons fait observer que l’on voit rarement le candidat à un marché montrer aussi peu d’empressement à le conclure et mener l’opération à bien...

Pour le SNJ-CGT, le démenti du Pdg n’en est pas un. Une fois de plus, champion de la haute voltige, Emmanuel Hoog cherche à tromper le personnel et ses représentants élus. Il se garde bien - c’était pourtant l’occasion, s’il voulait lever les lourdes ambiguïtés dont il est lui-même à l’origine - de préciser ce qu’il entend faire après l’échec de la PPL en juin au Sénat, et comment il entend le faire. Pas un mot non plus sur les méthodes préconisées par Média9 ("cartographie des alliés/adversaires", "groupe de porte-bonne-parole", etc.)

Certes, la révélation du "contrat en or" (cf. communiqué CGT du 17 août http://www.snj-cgt-afp.org/spip.php ?article112) et, surtout, l’émoi qu’elle a provoqué parmi le personnel ont probablement torpillé l’opération lobbying à grande échelle préparée par le Pdg et l’Élysée. Cette nouvelle affaire fait suite aux nombreuses dépenses inutiles et inconsidérées de la direction : coût du déménagement, audit social, audit sur l’event manager, audit sur IRIS, changement de logo. Sans compter le premier caprice du PDG à peine élu : la lettre de chantage à la démission -si vous ne cédez pas, je fais là tout de suite- concernant le déménagement.

Pour les raisons que nous venons d’énoncer, le SNJ-CGT estime qu’on ne peut en rester là.

Le ver est désormais dans le fruit. Solder cet épisode est de salubrité publique, car l’affaire du contrat Média9 est de celles qui entament sérieusement le crédit de l’AFP, notamment auprès de ses clients, et dont se régalent nos concurrents. Le personnel ne peut plus tolérer qu’un PDG censé défendre l’AFP déploie tous ses efforts pour mettre à bas son statut et son indépendance.

C’est pourquoi M. HOOG NE PEUT PAS ET NE DOIT PAS RESTER.

La proposition de loi Hoog-Legendre, a été rejetée massivement en juin dernier par une grève votée à la quasi-unanimité.

Avec ou sans Monsieur Hoog, il n’est pas question que les pouvoirs politiques, quel qu’ils soient ou d’où qu’ils viennent, continuent de manœuvrer et de jouer avec l’indépendance d’une des principales sources d’information mondiales.

Avec ou sans Monsieur Hoog, la CGT continuera à défendre le statut d’indépendance, novateur et toujours actuel, de l’AFP.

Une intersyndicale aura lieu mardi. Parmi d’autres propositions, notre syndicat défendra l’idée du vote d’une MOTION DE DÉFIANCE à l’égard du Pdg.

SNJ-CGT PARIS, 22/08/2011

(1) Document joint