Syndicat de journalistes CGT - section de l’Agence France-Presse

Agence France-Presse Branch of the French National CGT Journalists' Union (SNJ-CGT)


Accueil du site

 

Intersyndicale : "Remodelage" ou "toilettage" - l’Agence en danger

 

Le PDG de l’AFP Pierre Louette a affiché sa volonté de "toiletter" le statut de 1957 en affirmant que "cela devait se faire" sans justifier sur le fond sa décision.

Parmi les propositions faites par le PDG figure la création d’un seul collège (au lieu de deux) pour l’élection des représentants du personnel journaliste et non journaliste au CA. Pour l’intersyndicale (toutes catégories) ce projet est totalement inacceptable, car il vise ni plus ni moins à supprimer la représentation d’une ou plusieurs catégories (ouvriers, employés, cadres) au sein du CA, au moment où certains en haut lieu rêvent de transformer l’agence sur le fond (ouverture au capital, voire privatisation selon le député UMP Claude Goasguen, etc).

Les autres propositions de remodelage du statut sont elles justifiées ?

Elles vont de l’allongement du mandat du PDG de 3 à 5 ans, en passant par la remise en question de la règle de l’équilibre budgétaire, etc.

Les élus du CE ont mis en garde le PDG contre un risque grave de voir la majorité parlementaire actuelle s’emparer de la loi de 57 nuitamment, notamment pour remettre en cause le statut et l’ouvrir aux groupes économiques ou idéologiques proches du pouvoir. La proposition d’utiliser le déclassement de la loi de 57 et de transmettre ces propositions à la DDM, pour résoudre la question par voie réglementaire est loin d’être une garantie. Dans le contexte politique et économique actuel, ces propositions de toilettage représentent un risque réel et grave d’une remise en cause globale du statut.

La saga de France-Télévision où tout a été décidé d’en haut est là pour nous en convaincre : il y a danger à toucher à l’équilibre fragile de notre statut qui a préservé depuis plus de 50 ans notre indépendance rédactionnelle grâce à son fameux article 2.

Ce statut, n’en déplaise à ses détracteurs n’a rien empêché : ni la création des filiales, ni les transformations technologiques, ni les développements à l’international, ni la création du multimédia, de la vidéo etc. Ce sont plutôt l’absence de projets, la pusillanimité des administrateurs de l’agence, qui ont freiné sinon retardé le développement de l’agence en exigeant avant tout une politique de réduction des effectifs, ainsi que les erreurs de stratégie des directions passées qui ont conduit à la situation actuelle.

La solution ne peut être qu’une décision politique allant dans le droit fil de l’esprit sinon de la lettre du statut pour assurer le développement de l’AFP, seule agence internationale non anglo-saxonne.

L’indépendance rédactionnelle doit passer par un accompagnement des administrateurs de l’AFP, avec des dotations pour les projets d’investissement, un abandon des créances, des préconisations pour une vision pérenne assurant un plan de développement à long terme (prêt à taux zéro sur le CDC etc).

L’intersyndicale demande en conséquence à être reçue par le PDG dans les meilleurs délais afin d’obtenir la levée de toutes les menaces pesant sur le statut de l’AFP.

Paris, le 10 juillet 2008 - CGT,SNJ,FO,SUD,CFTC,CGC-CFE toutes catégories