Syndicat de journalistes CGT - section de l’Agence France-Presse

Agence France-Presse Branch of the French National CGT Journalists' Union (SNJ-CGT)


Accueil du site

 

AFRIQUE, FRANCE : LE PDG ET SA DIRECTION ONT 5 HEURES POUR RECTIFIER LE TIR

 

Il n’aura finalement fallu que quelques heures vendredi pour que le Pdg Emmanuel Hoog revienne sur des engagements pourtant pris devant l’ensemble des organisations syndicales dans la matinée. Notre communiqué du 8 février parlait de VIGILANCE. Nous ne croyions pas si bien dire !

La plateforme revendicative était pourtant claire :

1/ RETRAIT du projet de Région France ;

2/ AFRIQUE : ABANDON du projet d’une direction régionale Afrique à Johannesburg ; MAINTIEN d’un desk Afrique francophone INDÉPENDANT à Paris, avec tous ses effectifs ; AFFICHAGE IMMÉDIAT du poste de chef du desk Afrique ; RENFORT des effectifs du desk anglais dédiés à l’Afrique ; bilan du rattachement des bureaux du Maghreb à la direction Moyen-Orient à Nicosie.

3/ RÉTABLISSEMENT DES MOYENS DE COMMUNICATION ENTRE LES SYNDICATS ET LE PERSONNEL.

A l’issue de cette réunion demandée par les syndicats depuis dix jours, après une motion exigeant le retrait du projet de Région France signée par plus 200 salariés et un arrêt de travail massif de sept heures sur tous les fils le jeudi 31 janvier, le Pdg avait, semble-t-il, pris la mesure du mécontentement du personnel de l’AFP. Ainsi avait-il annoncé, certes du bout des lèvres, la remise à plat de toutes les réformes envisagées.

Mais voilà que, quelques heures seulement après cette réunion, il se fend d’un communiqué annonçant, dans un discours alambiqué, que le poste de chef du desk Afrique ne va être pourvu que pour une durée de six mois. Ce que le Pdg s’est bien gardé de nous dire : il y a donc MENSONGE, au moins par omission.

La direction accepte seulement que la mort programmée de ce service soit un peu plus lente que ce qu’elle avait prévu initialement. Non seulement le maintien d’un desk francophone indépendant n’est pas garanti, mais la direction parle d’un "rapprochement". Avec quoi ou avec qui ? Elle ne le dit pas clairement. Mais aucun doute possible : c’est bien d’une FUSION DU DESK AFRIQUE AVEC LE DESK EUROPE dont il est question. Dans le langage ésotérique de la direction, cela donne cette phrase inénarrable : "Un projet de création d’une région Afrique n’est absolument pas antinomique d’une réflexion immédiate sur un rapprochement qui renforcerait l’actualité africaine"... Renforcer le desk Afrique en le fusionnant, il fallait y penser !

Dès lors, comment croire que la direction va effectivement revoir en profondeur les "réformes éditoriales et organisationnelles" du projet du directeur de la Région France ? Vu la vitesse à laquelle le Pdg rétro-pédale, il y a tout lieu de craindre que le "nouveau document qui sera établi et présenté aux organisations syndicales le 27 février" ne prévoie que DES CHANGEMENTS COSMÉTIQUES, DE SIMPLES AJUSTEMENTS par rapport au projet actuel massivement rejeté par les salariés. Au passage, M. Hoog "renouvelle sa pleine et entière confiance" à Bernard Pellegrin, qui "rencontrera les équipes en région et à Paris".

Enfin, nous dit la direction, "pour améliorer la communication dans l’entreprise, des évolutions portant sur l’intranet de l’Asap sont mises en place". Un groupe de travail a commencé à se réunir vendredi, et déjà la direction fait de la résistance pour maintenir sur Iris l’équivalent du fil DIR de la phase 3.

Décidément, la direction se moque de nous. Le Pdg, qui, personne n’est dupe, vise sa réélection en mars prochain, cherche visiblement à gagner du temps pour pouvoir imposer ses "réformes" ensuite sans risquer le débat nécessaire au sein de la maison.

L’intersyndicale ne l’entend pas de cette oreille et exige de la clarté et le respect du personnel. C’est pourquoi elle fait DEUX DEMANDES CONCRÈTES ET SOMME TOUTE TRÈS MODESTES, et donne au Pdg et à sa direction jusqu’à ce LUNDI à 14H00 pour y répondre, PAR ÉCRIT :

1/ AFFICHAGE DU POSTE DE CHEF DU DESK AFRIQUE SELON LE RÉGIME NORMAL, soit pour une durée de deux ans renouvelable. Un simple affichage sur le fil DIR sera bien évidemment considéré comme une réponse écrite.

2/ RETRAIT (bien : RETRAIT) DES "REFORMES ÉDITORIALES ET ORGANISATIONNELLES" DU PROJET DE RÉGION FRANCE (pages 4, 5 et 6 du document présenté au CE du 24 janvier). Un simple mail envoyé à inter@afp.com ou au secrétaire du CE fera l’affaire.

En cas de non réponse ou de refus, l’Assemblée générale de ce lundi à 14H30, au 1er étage de la rue Vivienne, se transformera inévitablement en AG de remobilisation du personnel, auquel l’intersyndicale proposera des actions fortes.

M. Hoog n’osera pas crier au chantage, lui qui avait jugé convenable de brandir la menace d’une démission pour hâter le déménagement d’une partie de la rédaction rue Vivienne...

Voilà qui est clair, net et précis : le Pdg et sa direction ont six heures pour convaincre les personnels de l’AFP qu’ils ont encore un minimum de respect pour eux et ceux qui les représentent.

Paris, le 11 février 2013 - Intersyndicale de l’AFP - inter@afp.com