Syndicat de journalistes CGT - section de l’Agence France-Presse

Agence France-Presse Branch of the French National CGT Journalists' Union (SNJ-CGT)


Accueil du site

 

UN VOILE EST ENFIN LEVÉ SUR L’ÉTAT DES FINANCES DE L’AGENCE

 

Lors du Comité d’Entreprise du 22 février 2013, les élus CGT ont posé à la Direction des questions très précises afin de clarifier les perspectives d’avenir de l’AFP et leurs conséquences sur ses personnels. En effet, à la suite de l’étude des comptes de l’année 2011, le rapport Sextant (expert mandaté par le CE) a mis en évidence une certaine inquiétude qu’il fallait infirmer ou confirmer.

Face à une liste de question sur les comptes 2012, le budget 2013, l’état d’endettement de l’AFP et sa trésorerie, la Direction s’est livrée devant les élus du CE, à un exercice de style remarquable. Nous avons été abreuvés de réponses fumeuses, noyées d’aspects techniques qui étaient une justification pour ne pas répondre aux questions posées. Une belle langue de bois dont nous ne sommes pas dupes.

La situation actuelle de l’AFP est là où l’a conduite la gestion de notre actuel PDG.

Bien qu’il se justifie de l’héritage laissé par son prédécesseur, ses choix depuis bientôt 3 ans à la tête de l’Agence ont des répercussions directes sur la trésorerie de l’AFP.

Le voile est levé ! Avec les données estimées pour 2012, nous savons d’ores et déjà que les projections à fin d’année 2013 sont catastrophiques. Les chiffres communiqués par la Direction, les graphiques, les projections sont alarmants.

La sombre réalité c’est une trésorerie en forte dégradation à cause d’investissements disproportionnés au regard de sa capacité de financement, ce sont des choix de calendriers pour des travaux non urgents voire inutiles. C’est ce qui a conduit l’AFP à recourir à un découvert bancaire pour payer les salaires de janvier 2013 , découvert déjà utilisé en 2012 et dont les agios se sont élevés à 63.000 euros…

La suite ? Gageons que l’AFP puisse encore payer les salaires d’ici la fin de l’année : les risques sur son avenir et par conséquent sur ses personnels n’en demeurent pas moins bien réels.

Un état de la trésorerie sera désormais demandé chaque mois en comité d’entreprise au PDG.

Quelles solutions propose la Direction ? Un budget 2013 visiblement irréaliste, marqué d’un optimisme criant sur les recettes commerciales attendues, de réductions de moyens drastiques aux lourdes conséquences sur les métiers de l’information, telles la baisse des frais de missions (-12.7%), des piges (-10,3%), des CDD, et une orchestration du gel des salaires (+0,8% pour les CDI Siège et +1,2% pour les CDI locaux)…

Ainsi d’un côté le PDG annonce la non application des deux dernières tranches d’augmentation salariale (mars et mai 2013) de l’accord SPQN 2012, et de l’autre il engage encore et toujours plus de travaux.

Nous ne comprenons pas cette politique. Pourquoi persister dans les travaux alors que la trésorerie n’est pas reconstituée ? Pourquoi ne pas les repousser pour certains, les annuler pour ceux qui paraissent inutiles. Bref, pourquoi faire de la cavalerie avec la trésorerie ?

A croire, que l’AFP est menée volontairement au bord du gouffre afin de pouvoir clamer que c’est de la faute de sa masse salariale ! Les PDG passent mais le même discours reste…

Quand on veut tuer son chien, ne dit-on pas qu’il a la rage ?

Les élus CGT du CE se doivent de vous informer de la situation réelle de l’AFP, pas aussi présentable que veut bien le répéter le PDG.

Les élus ont d’ores et déjà nommé le cabinet Sextant pour l’examen les comptes AFP 2012.

Ils resteront vigilants et sont prêts à avoir recours au droit d’alerte en cas d’absolue nécessité.

CGT toutes catégories,

Paris le 28 février 2013