Syndicat de journalistes CGT - section de l’Agence France-Presse

Agence France-Presse Branch of the French National CGT Journalists' Union (SNJ-CGT)


Accueil du site

 

JOURS FERIES : MOTION DU DESK EUROPE

 

Les syndicats de journalistes (CFDT, FO, SNJ, SNJ-CGT, SUD) portent à la connaissance de l’ensemble du personnel le texte d’une motion du desk Europe. Ils soutiennent sans réserve la légitime protestation des journalistes de ce desk, indûment privés de jours de repos. Si les jours fériés non travaillés n’ont pas, en effet, à être récupérés, ce sont, puisqu’ils sont fériés, des jours de repos qui s’ajoutent aux jours de repos hebdomadaire. La direction, qui tente de remettre en cause ce droit, doit y renoncer une fois pour toutes. Les organisations syndicales feront tout le nécessaire pour qu’il en soit ainsi.

MOTION DU DESK EUROPE

Dans une note en date du 14 janvier, la DRH a indiqué que lorsque "le salarié (est) en repos un jour férié ; aucune journée de récupération ne lui est octroyée", en donnant pour instruction de compter comme jours de congé hebdomadaire les jours fériés non travaillés.

Ceci constitue un changement de règles inédit qui revient à spolier de jours de congés conventionnels les journalistes travaillant dans des services, bureaux ou desks fonctionnant 7 jours sur 7.

En effet, la Convention collective nationale des journalistes (article 34) stipule que les repos au titre des jours fériés sont pris « sans préjudice des périodes de repos hebdomadaire normalement dues ».

En conséquence, jusqu’ici, une semaine comportant un ou plusieurs jours fériés donnait droit à autant de jours de repos en surplus des deux jours de congé hebdomadaire, pris, en fonction des besoins du service, soit immédiatement, soit de manière différée par l’octroi de jours de récupération. Cette règle ne souffrait que deux exceptions : lorsque le jour férié tombe un dimanche, et le travail du 1er mai qui ouvre droit soit à une rémunération supplémentaire soit à un jour de récupération, au choix du salarié.

Ces nouvelles règles sont d’ores et déjà appliquées au desk Inter, les chefs de la plupart des autres services refusant de les mettre en œuvre en attendant que la direction ait achevé la « réflexion » qu’elle a engagée sur ce sujet suite aux protestations réitérées des syndicats lors des réunions mensuelles avec les délégués du personnel journaliste.

Rien ne dit que la direction ne projette pas d’étendre cette mesure à d’autres catégories de personnel. Premiers concernés, les journalistes du desk Inter protestent contre le caractère injuste de ces nouvelles règles, déclarent les refuser et exigent que sauf le dimanche, tout jour férié continue de donner droit à un jour de repos s’ajoutant aux deux jours de repos hebdomadaire. Ils demandent aux syndicats de mettre en échec les projets de la direction, y compris en proposant au personnel tous modes d’action qu’ils jugeront utiles ou appropriés.

Paris, le 30 avril 2013