Syndicat de journalistes CGT - section de l’Agence France-Presse

Agence France-Presse Branch of the French National CGT Journalists' Union (SNJ-CGT)


Accueil du site

 

DEFENDONS LA MISSION D’INTERET GENERAL DE L’AFP

 

Les syndicats CGT, FO, SUD, CFE-CGC de l’Agence France-Presse, représentant 62% des suffrages exprimés lors des récentes élections professionnelles, appellent tous les personnels travaillant en France à une grève de 24h à partir de ce mercredi 10 décembre à 16h, pour défendre la mission d’intérêt général de l’AFP et réclamer le retrait des projets en cours.

Les arguments en faveur de cette action ont été de nouveau développés au cours de l’assemblée générale du personnel qui a réuni près de 300 personnes. Les syndicats ont également envoyé aux parlementaires français une lettre ouverte leur demandant de défendre l’indépendance de l’AFP. Vous trouverez une version imprimable de ce texte sur : http://u.afp.com/Ewr.

Voici pourquoi les syndicats appellent à ce mouvement qui s’adresse à l’ensemble du personnel travaillant en France :

Pour défendre la mission d’intérêt général de l’AFP et réclamer le retrait des projets en cours :

- Contre la modification du Statut prévue par la proposition de loi (PPL) Françaix qui introduit dans la loi du 10 janvier 1957 l’idée que l’AFP puisse avoir des activités ne relevant pas de sa mission d’intérêt général. Nous réaffirmons que l’AFP est et doit rester une mission d’intérêt général, rien qu’une mission d’intérêt général.

- Contre la modification de l’article 14 qui protège l’AFP contre une éventuelle faillite. La modification proposée dans la PPL consacre le désengagement de l’Etat et revient à considérer l’AFP comme une entreprise privée, régie selon des critères purement mercantiles.

- Contre la remise en cause des acquis des salariés dans le Contrat d’objectifs et de moyens 2014-2018. En effet, selon le PDG, le COM détaillera "les axes de maîtrise auxquels s’engage l’AFP afin que son activité soit soutenable et permette de financer les investissements". En clair : cela se traduira dans le budget 2015, par une poursuite du gel des salaires, voire une remise en cause générale de tous les acquis sociaux.

- Contre la mise en place d’une filiale technique, dont on ne sonnait toujours pas le statut et les contours précis, qui ont changé au fur et à mesure des déclarations du PDG. Selon le dernier document de la direction, elle impliquerait non seulement des financements publics, mais aussi "un financeur privé" (qui "pourrait intervenir sous forme de crédit-bail sur une partie du matériel cédé à la filiale".) Cela veut dire que l’AFP ne serait plus propriétaire d’une partie de son outil de travail, qui appartiendrait à une banque privée.

- Plus généralement, contre les logiques de filialisation, qui imposent à l’AFP de considérer que son service de langue allemande ne fait pas partie de ses missions d’intérêt général. L’acceptation d’un tel principe pourrait signifier dans le futur de filialiser des pans entiers de nos activités, notamment des services en langue étrangère.

Pour les journalistes, nous précisons que nous appelons les grévistes à limiter la couverture aux seuls alertes et urgents. Soyez Vigilants à ce qu’il n’y ait pas d’abus sur l’utilisation notamment des urgents.

Nous rappelons également que la grève se terminera jeudi à 16h. Nous appelons également :

- A un RASSEMBLEMENT des personnels devant le siège, le jeudi 11 décembre à 15h, pour accueillir les membres du conseil d’administration qui se réunissent à l’AFP.

Paris, le 10 décembre 2014 Les syndicats CGT, FO et SUD (toutes catégories) et la CFE-CGC de l’AFP