Syndicat de journalistes CGT - section de l’Agence France-Presse

Agence France-Presse Branch of the French National CGT Journalists' Union (SNJ-CGT)


Accueil du site

 

QUAND "L’ANARCHISTE" EMMANUEL HOOG FAIT L’APOLOGIE DU LIBÉRALISME SAUVAGE

 

Emmanuel Hoog s’est trompé de maison : ce n’est pas l’AFP qu’il devrait diriger, mais le quotidien de droite libérale L’Opinion. Qu’on en juge.

Dans L’Obs du 24 décembre 2014, consacré principalement à ceux qui "vont faire 2015", le Pdg de l’agence s’est fendu d’un papier admiratif à l’égard de Travis Kalanick. Ce monsieur est le patron de la société américaine Uber, promoteur du service de transports de personnes Uberpop qui tente de faire sauter les règles du marché, en France et ailleurs. Entre autres gesticulations, il a déclaré que son "adversaire est un connard, qui s’appelle taxi" (1).

Notre cher président, également tout en nuance, voit en Kalanick "l’alliance du libéralisme et des nouvelles technologies, qui semble avoir fait sienne la vieille devise soixante-huitarde : +Cours, camarade, le vieux monde est derrière toi+". C’est là l’attrape-nigaud habituel avec lequel les convertis au libéralisme espèrent duper les esprits naïfs.

Passons sur l’aveu d’ignorance - le patronyme de Travis Kalanick "évoque vaguement la Grèce" ( ??) - et la formule "ce petit État en faillite" pour parler du pays de Platon et Aristote - les clients helléniques apprécieront.

Quelques jours plus tôt, le 5 décembre sur la chaîne de télé du CAC40 BFM Business, notre Pdg clamait que sa devise était "Ni Dieu, ni maître". L’anarchie - en tant que concept politique, s’il vous plaît - se serait donc installée place de la Bourse. Dans la même émission, il précisait avoir pour "héros" Bob Dylan... Rien n’arrête M. Hoog, toujours prêt à tout pour faire parler de lui.

Curieuse, la rédaction de l’AFP a cherché à en savoir plus. Quelle ne fut pas notre surprise de découvrir que, deux jours après la parution du panégyrique de M. Hoog, l’AFP publiait une dépêche venue de Séoul ainsi titrée : "le fondateur d’Uber inculpé en Corée du sud". En l’occurrence pour exercice illégal de la profession de taxi. Ce n’était là que le dernier avatar d’une longue série de démêlés de Uber avec la justice ou les autorités nationales (Allemagne, Espagne, Pays-Bas, Thaïlande, Taïwan, etc.)

C’est que, n’en déplaise à l’anarchiste Emmanuel Hoog, le transport de voyageurs est réglementé, comme le sont généralement les activités humaines, et qu’on ne peut s’affranchir impunément de règles visant à proscrire la loi de la jungle. Est entre autres interdit le travail clandestin, auquel s’apparente l’activité des chauffeurs amateurs mis en relation avec des clients par Uberpop. On tremble d’ailleurs à l’idée que notre Pdg pourrait applaudir à une telle transgression des règles du marché de l’information par un concurrent sans foi ni loi de l’AFP.

Emmanuel Hoog a le droit d’avoir les idées qui sont les siennes. Mais qu’il fasse publiquement l’apologie du libéralisme sauvage pose un sérieux problème. Qu’il engage l’AFP dans une prise de position idéologique, quelle qu’elle soit, est évidemment une faute lourde et inexcusable. L’AFP n’est pas le quotidien libéral L’Opinion, elle a au contraire un devoir d’impartialité inscrit à l’article 2 de son statut, et son Pdg devrait être le premier à le faire respecter. Faudra-t-il que nous saisissions le Conseil supérieur de l’agence pour le lui rappeler ?

Dans son "papier", Hoog s’enthousiasme de voir Kalanick "passer par-dessus les contraintes, par-dessus les régulations, par-dessus les acteurs établis". Est-ce là aussi le plan caché du Pdg pour l’AFP, au travers du changement de statut engagé à l’agence ?

En tout cas, avec un tel précédent - aucun Pdg ne s’est jamais permis d’afficher ses opinions -, chaque journaliste serait désormais fondé à donner libre cours à ce qu’il pense personnellement sur les réseaux sociaux !

(1) cf. sur Lemonde.fr le blog Silicon 2.0 de Jérôme Marin, basé à San Francisco

Paris, le 5 janvier 2015

SNJ-CGT