Syndicat de journalistes CGT - section de l’Agence France-Presse

Agence France-Presse Branch of the French National CGT Journalists' Union (SNJ-CGT)


Accueil du site

 

SUS AUX IRRESPONSABLES !

 

Après huit jours de grève des personnels techniques et administratifs, la direction de l’AFP a ressorti, encore, sa vieille rengaine du chantage à l’irresponsabilité. « Si nous ratons l’Euro de foot, nous perdrons nos clients pour toujours »... Comme le font Air France, la SNCF et d’autres à chaque grève. Comme le gouvernement le fait face aux opposants à la loi El-Khomri.

Parlons-en, d’irresponsabilité à l’AFP.

- Qui s’est lancé depuis six ans dans d’énormes investissements (nouveau système rédactionnel, rénovation du siège) sans disposer de financements suffisants, creusant une dette de 70 millions d’euros en cinq ans, alors que la situation financière de l’Agence était à peu près saine en 2010 ?

- Qui a dépensé 2 millions d’euros pour rénover les bureaux de la direction tout en gelant depuis quatre ans les salaires des 2200 employés ?

- Qui sabre le réseau historique de postes de journalistes expatriés, censé coûter trop cher, mais accorde une promotion à un employé dont la faute coûte 1,2 million de dollars (sans les frais de justice et d’avocat) et ternit la réputation de l’entreprise ?

- Qui taille dans les budgets missions et reportage des journalistes, tout en distribuant des contrats à des sociétés de consultants, dont on connaît le peu d’utilité ?

- Qui diminue drastiquement les notes de frais permettant aux journalistes d’inviter leurs contacts professionnels, tout en accordant un budget de 15.000 euros pour les dosettes Nespresso du coin café de l’étage de la direction ? Sans parler de la fameuse baie vitrée du bureau du PDG (au moins 20.000 euros) et des frais de champagne ?

- Qui a multiplié les investissements dans la création ou le rachat de filiales douteuses, et multiplié en même temps les suppressions de postes de journalistes et d’assistant de rédaction dans les bureaux de province ?

- Qui est régulièrement condamné par les tribunaux à payer à des salariés des dommages et intérêts de plusieurs centaines de milliers d’euros pour des violations du droit du travail et des discriminations professionnelles et syndicales, tandis que se multiplient les contrats locaux pour diminuer les coûts des postes de journalistes à l’étranger ?

- Qui a dénoncé brutalement tous les accords d’entreprise, rompant avec une tradition de dialogue social qui prévalait dans la société depuis 60 ans ?

- Qui fait traîner indéfiniment les négociations pour de nouveaux accords en sabotant délibérément les discussions ? En délivrant au compte-goutte les informations aux partenaires sociaux, en leur envoyant la veille pour le lendemain des documents de travail, longs, complexes, truffés d’inexactitudes et d’erreurs ? En programmant des réunions sur quantité de questions secondaires, au lieu d’aborder d’emblée les thèmes importants ? En accordant oralement des concessions, pour donner ensuite une version contradictoire par écrit dans les documents de suivi ? En multipliant les provocations, en mettant sur la table des propositions inacceptables : disparition de 18 jours de RTT d’un coup, baisses de salaires de 30%, hausse du temps de travail... etc. En tentant de susciter des divisions entre les catégories de salariés ? Et tout cela, bien sûr, en dénonçant publiquement l’irresponsabilité des syndicats.

On le voit, les choix de gestion de la direction de l’AFP dans un contexte économique tendu méritent réflexion... Le SNJ-CGT invite les journalistes à analyser la situation de l’AFP avec la même rigueur et le même esprit critique que lorsqu’ils traitent d’autres sujets dans leur travail quotidien. Et à en tirer les conséquences.

Nous vous appelons à une assemblée générale des personnels de l’AFP toutes catégories lundi 13 juin à 15 heures 

SNJ-CGT, Paris le 10 juin 2016