Syndicat de journalistes CGT - section de l’Agence France-Presse

Agence France-Presse Branch of the French National CGT Journalists' Union (SNJ-CGT)


Accueil du site

 

Journée de dupes au Comité d’entreprise

 

PDF - 139.9 ko
Version imprimable
à télécharger et à diffuser autour de vous

Lors du Comité d’entreprise extraordinaire de jeudi, le PDG a proposé aux représentants du personnel de participer à une réflexion collective sur l’avenir de notre statut, et notamment à sa solution préférée, la transformation de l’AFP en "fondation".

"Faute d’appartenir à quelqu’un, l’agence appartient à tous ceux qui la font," nous a-t-il déclaré, dans une envolée lyrique. "Etes-vous prêts à réfléchir avec nous ?"

Au nom de la CGT toutes catégories, vos élus ont précisé que notre confédération n’a pas pour habitude de mélanger défense du personnel et gestion de l’entreprise, deux activités irréconciliables qui en langage courant s’appellent cogestion.

Hélas, certains syndicats sont tombés dans le panneau en déclarant tout de go qu’ils ne demandaient pas mieux que de réfléchir avec la Direction pour casser le statut de 1957.

Derrière la CGC - ultra-minoritaire à l’AFP, et qui a communiqué plus en une semaine que depuis la naissance du statut de l’agence - les prises de position du SNJ et de la CFDT allant dans le même sens sont pour le moins surprenantes.

Le délégué CFDT journalistes a même été jusqu’à déclarer, devant le CE, que son syndicat avait une longue tradition de "cogestion" !

La CGT met le personnel en garde contre de telles manoeuvres de division qui ne peuvent profiter qu’à ceux à la Direction qui veulent privatiser l’agence s’alignant sur les positions ultra libérales en cours au plus haut niveau de l’Etat.

En prenant une telle responsabilité ces organisations syndicales risquent de regretter amèrement leurs déclarations hâtives.

Nous dénonçons également de ce fait qu’il n’ait pas été possible, après le CE, d’organiser une assemblée générale décidée d’un commun accord pour informer le personnel. La moindre des choses pour des syndicats élus par les salariés. Certains auraient-ils à craindre leur alignement sur les positions du 6e étage ?

Si certains syndicats s’ingénient à vouloir à tout prix donner des gages pour démanteler l’agence et faire réélire à tout prix l’actuel PDG c’est leur affaire. Mais ce n’est si celle de la CGT ni celle du personnel.

Grand corps malade ?

Quant à la proposition de transformer l’AFP en fondation, nous avons rappelé devant le CE quelques vérités simples. Premièrement, comme l’a fait remarquer le délégué de SUD-AFP, on ne comprend pas très bien comment on peut rendre l’Agence plus indépendante tout en faisant appel à des capitaux privés !

Ensuite, comme l’a fait remarquer le PDG lui-même, l’attrait de ce genre de structure - moins connue en France que dans les pays anglo-saxons - pour les investisseurs est souvent de leur obtenir un déduction fiscale.

Etre financés par des entreprises qui cherchent à bénéficier d’une niche fiscale est-ce au fond très différent que d’être privatisé ? En tout cas c’est beaucoup moins transparent, ce qui est sans doute l’un des objectifs recherchés !

Nous avons également fait remarquer que, si aucune entreprise ne risque d’investir dans une fondation AFP dans l’espoir de récolter des bénéfices importants, l’attrait de ce genre de structure tient souvent à un avantage en termes d’image. Il suffit de consulter la liste des entreprises privées qui affichent leur soutien à des fondations comme celles de HEC (www.hec.fr/fondation/) ou de l’Institut Pasteur (www.pasteur.fr) pour s’en convaincre.

Enfin notons que dans le monde anglo-saxon qui semble tant fasciner notre Direction, la fondation est en règle générale une structure employée pour des "bonnes oeuvres". Cf les fondations bien connues de milliardaires tels que Bill Gates et Warren Buffett, que le PDG a citées nommément hier.

L’AFP "grande cause nationale" ? Nous préférerions conserver l’image et la réalité d’une entreprise commerciale, rémunérée non pas en aumônes mais en échange des services bien réels que nous fournissons - y compris à l’Etat !

Emploi : avis de tempête

Sur un chapitre encore plus important, celui de l’emploi, les déclarations du PDG ont confirmé ce que nous craignions. la Direction cherchera bien des réductions d’effectifs, touchant sans doute toutes les catégories.

Ceci au moment même où l’AFP est censée se lancer à la conquête de nouvelles technologies et de nouveaux marchés. Comprenne qui pourra.

Le PDG a même confirmé ce que nous avions constaté : il y a déjà des départs qui ne sont pas remplacés. Merci pour les jeunes, les pigistes et les CDD, toujours plus nombreux et toujours plus précaires !

Le SNJ-CGT se battra non seulement pour conserver notre statut mais aussi pour obtenir que l’Etat et la presse jouent tout leur rôle d’administrateurs de l’agence en lui donnant les moyens de se développer, mais également et surtout pour préserver l’emploi et nos conditions du travail.

SNJ-CGT, le vendredi 31 octobre 2008

RECTIFICATIF : dans notre texte du mercredi 29 octobre nous avons écrit à tort que l’UMP s’était désabonné des services de l’AFP. En fait il s’agissait d’un changement du type d’abonnement. Nous avons corrigé cette erreur dans la version "en ligne" de notre texte, que vous pouvez toujours consulter à l’adresse http://www.snj-cgt-afp.org/spip.php ?article21.