Syndicat de journalistes CGT - section de l’Agence France-Presse

Agence France-Presse Branch of the French National CGT Journalists' Union (SNJ-CGT)


Accueil du site

 

L’AFP : avis de tempête

 

L’AFP va-t-elle connaître dans les prochains mois, voire les prochaines semaines le même sort que celui de l’audiovisuel public ? Allons-nous vers une casse de notre statut de 1957, vers une privatisation ou même un démantelement de la seule agence mondiale non anglo-saxonne ? Les attaques de certains dirigeants politiques, qui continuent malgré l’avis négatif donné par le Conseil supérieur à une plainte déposée par l’UMP, laissent penser que le plus gros de la tempête est devant nous. Comme nous l’avons fait en mai, en manifestant place de la Bourse pour défendre l’AFP, son statut et son indépendance, nous devons nous tenir prêts à nouveau à nous mobiliser. Pendant ce temps, des tractations se poursuivent sur le sort de l’agence alors que des pressions s’exercent pour réduire nos emplois, accroître la productivité avec à la clé une dégradation de nos conditions de travail. Sans oublier le chantage implicite d’un non- renouvellement du Contrat d’Objectifs et de Moyens. En témoigne le dernier rapport de l’expert nommé par le CE pour examiner l’exercice 2007. Voici quelques éléments.

Effectifs en baisse, salariés sous pression

"La pression sur les dépenses de personnel s’accentue", a constaté l’expert. En comparant 2007 à 2006, les effectifs CDI ont été réduits de 20 postes : -3 pour les journalistes, -3 employés, -3 cadres techniques et -11 ouvriers. Sur l’exercice du dernier COM (2005-07), ce sont pas moins de 63 emplois dans toutes les catégories qui ont été supprimés, et ce au moment même où l’AFP fait face, de l’avis de tous, à de nouveaux défis ! En même temps, on constate que la part totale des frais du personnel dans le chiffre d’affaires de l’agence a encore baissé, passant de plus de 72 % en 2002 à un peu moins de 70 % l’année dernière, et que la productivité - le ratio entre le chiffre d’affaires et le nombre de salariés - reste à un niveau élevé, ayant plus que doublé pendant les années 1990 et le début des années 2000. Globalement, les produits d’exploitation progressent de +3,6% (262,7 millions d’euros en 2007), alors que les charges de personnel n’augmentent que de +1,7% (243,7). Parallèlement, une agence à deux vitesses est de plus en plus visible, avec des commissions sur vente qui progressent de + 12% et surtout les 10 meilleures rémunérations de l’agence qui croissent de + 4,7%. La philosophie du COM - que la CGT a toujours dénoncée comme une vision purement comptable et non dynamique de l’agence - est ici réalisée : la maîtrise des charges de personnel est effective, alors que la convention de l’Etat - qui représente 41% du total du chiffre d’affaires - n’augmente que de +1,5% pour 2007, nettement inférieure à l’inflation. Une vision purement gestionnaire de l’AFP ne visant qu’à l’augmentation de la marge ne peut conduire qu’à une impasse. Le service général reste le principal moteur de notre développement Malgré l’ambition affichée de la Direction de tout miser sur le multimédia — évolution qui semble aller de pair avec une réorientation de notre couverture vers toujours plus de sujets "société", voire toujours plus de "people"

Le service général reste le socle de l’agence

Son chiffre d’affaires global a progressé de +3,2% en 2007 ; pour ce qui concerne le SG en français (55,1 ME), la croissance est de 3,5%. Les recettes France avec la convention Etat s’établissent à 186,5 ME, dont 78,8 de recettes commerciales (+5,6%). Les recettes à l’international ont atteint 76 ME (+6,3%) soit 28,6%. (Au vu de ces chiffres, on a du mal à comprendre pourquoi un grand quotidien pouvait affirmer, voici quelques semaines, que "la contribution des médias étrangers [au chiffre d’affaires de l’AFP] était supérieure à celle des français" en 2007 !) Pour la Photo, la progression à deux chiffres connait un ralentissement en 2007 (+7,4%), alors que l’infographie recule à -2,1%. Les nouveaux produits progressent certes sensiblement mais dans un volume qui reste cependant faible face au socle du service général. Le Multimédia connait une progression de +24,3% pour un chiffre d’affaires de 7,8 ME, quant à la Vidéo la croissance est de +90,9% pour un volume de 2,8 ME. L’année 2008 s’annonce plus délicate en raison de la situation économique. Les produits progresseraient de +2,9% de budget à budget (262,7 contre 270,3).

Au-delà des chiffres, l’avenir de l’agence est clairement posé

Le COM2 n’est toujours pas signé. Pourtant, il y a urgence après sept mois d’exercice budgétaire à ce que les administrateurs de l’AFP ouvrent des perspectives claires : sur le niveau des abonnements de l’Etat, sur l’engagement des patrons de presse à soutenir le devenir de l’agence, et notamment le financement de la numérisation. Il y a également urgence à préserver le statut de 1957, et à pérenniser le financement de l’AFP, comme la CGT le demande depuis de nombreuses années (prêt à taux zéro sur la Caisse des Dépôts, dotation en capital, moratoire sur les dettes -35 ME-, etc). Seule une réponse politique doit être apportée à ces questions : le combat pour le maintien d’une agence à stature mondiale va dans le droit fil de celui initié par les pères fondateurs du statut de 57, modèle sur lequel l’AFP continue à exister à se développer depuis un demi-siècle. N’en déplaise aux détracteurs de tout poil, le statut n’a rien empêché, de l’informatisation à l’ère numérique. Du développement de la photo internationale au journal internet et à la vidéo. Après les coups bas portés contre France-Télévision, après les déclarations de plusieurs hiérarques du parti majoritaire, après les projets de l’Elysée visant à des concentrations au bénéfice de grands groupes multimédia qui doivent être annoncés lors des Etats généraux de la presse cet automne, la mobilisation des salariés de toutes les catégories est plus que jamais nécessaire à l’AFP !  SNJ-CGT-AFP, le 25 juillet 2008