Syndicat de journalistes CGT - section de l’Agence France-Presse

Agence France-Presse Branch of the French National CGT Journalists' Union (SNJ-CGT)


Accueil du site

 

AFP : Le SNJ-CGT appelle à l’abandon immédiat du plan Louette

 

PDF - 182.1 ko
Version imprimable

Le SNJ-CGT soutient pleinement les personnels de l’AFP et leurs organisations syndicales dans leur combat contre le plan Louette/Sarkozy visant au démantèlement du statut de 1957, qui a assuré pendant plus d’un demi-siècle l’indépendance de l’AFP et son rayonnement mondial.

Face aux méthodes brutales de la direction de l’AFP et à l’autisme de son PDG Pierre Louette qui cherche à imposer à marche forcée un changement de statut sans raison objective sinon celle de réduire les couvertures rédactionnelles, de faire de l’infomerciale, et de s’en prendre aux acquis et aux effectifs, en imposant la précarité des emplois, il y a urgence à réunir la profession, les syndicats pour faire échec au démantèlement du statut.

52 ans après le vote par les élus de la nation du statut de la liberté, voudrait-on aujourd’hui revenir en arrière ? Pour faire de l’AFP, une agence étatisée au service d’un clan au pouvoir ? Etape qui annoncerait ensuite la privatisation de l’agence au profit des "amis" de l’actuel chef de l’Etat ?

Après France Télévision, les plans sociaux à RFI, les départs en masse à France 24, la reprise en main de Radio France, l’Elysée a-t-il décidé maintenant de faire main basse sur l’AFP pour mieux encadrer et contrôler l’information ?

Pour le SNJ-CGT, il est grand temps devant le calendrier que tente d’imposer Pierre Louette, ex homme de la communication de l’ultra libéral Balladur, que le parlement dans toutes ses composantes mette en œuvre une table ronde pour définir avec l’ensemble des parties concernées les moyens et les ambitions de l’AFP.

A l’heure où plus que jamais une information vérifiée et de qualité est un enjeu essentiel pour la démocratie et le pluralisme, la casse de l’AFP est totalement inacceptable.

Le SNJ-CGT ne laissera pas faire.

Montreuil, le 18 septembre 2009